L’eau et la mer dans les textes et les images, Université du Luxembourg, 5-10 juillet 2020

By | 2019-05-21T22:13:29+00:00 mai, 2019|Categories: Autres Annonces|Tags: , |

12ième congrès IAWIS/AIERTI (International Association of Word and Image Studies / Association Internationale pour l’Etude des Rapports entre Texte et Image)

APPEL A COMMUNICATIONS (date limite 31 août 2019)

L’eau et la mer dans les textes et les images

Université du Luxembourg, 5-10 juillet 2020

À une époque où la pénurie d’eau guette et où le continent est affecté même au fin fond de son épicentre par ce qui se passe sur ses rives, il nous a semblé urgent de proposer ce sujet à la fois chargé d’imaginaire et d’une actualité brûlante. Dans le roman Océan mer de Alessandro Baricco (1993), le peintre fictif Plasson peint la mer avec de l’eau de mer. Cette scène emblématique résume en quelque sorte notre thématique : l’eau est un élément difficile à cerner et pourtant nous concerne de plus en plus. Informe, il est toujours en attente d’être défini, voire résiste à tout effort de conceptualisation. La mise en discours et la mise en images de l’eau et de la mer ne vont pas de soi, relèvent d’un réel défi discursif et plastique et s’avèrent dès lors particulièrement susceptibles de remettre en question les rapports entre texte et image. De par son rythme « sans mesure » (Deleuze & Guattari, 1980), l’élément aquatique transcende la dichotomie entre arts du temps et arts de l’espace introduite par Lessing (cf. Louvel, 2002). L’indicible de l’eau n’est pas son invisible. Et pourtant, les investissements littéraires ou plastiques (histoires d’eau…) forment une véritable sémiosphère avec, à sa périphérie, une zone de « violation des liens sémiotiques » (Lotman, 1966), le règne de l’instable, de l’arbitraire, de l’inexplicable.

Le Luxembourg, pays au centre du continent européen – mais l’on sait combien le centre se porte bien si la périphérie est saine –, fief de la sirène Mélusine, territoire qui se glorifie de ses sources naturelles et de son thermalisme, nous semble le lieu approprié pour accueillir un congrès mondial autour de cette thématique. Les axes suivants seront abordés :

  • L’eau comme élément (ses vertus et ses dangers) et défi esthétique
  • L’eau comme source d’énergie dans les sciences et les arts
  • L’imaginaire biblique ou mythique de l’eau et de la mer
  • Les mythes, rites aquatiques ou maritimes et le folklore marin, fluvial ou lacustre
  • Mélusine, nymphes, naïades et autres sirènes
  • Le thermalisme, son histoire et son actualité
  • Le bord de mer ou l’eau stagnante en peinture et en littérature
  • Les ports dans les textes et les images
  • La culture insulaire ou péninsulaire
  • Valorisation touristique du patrimoine naturel (maritime, fluvial ou lacustre)
  • Aqueducs, thermes et barrages dans la Grande-Région
  • La Méditerranée, l’océan Atlantique et le Pacifique (rives, faune, routes culturelles et marchandes, migrations)
  • Romans graphiques, bandes-dessinées, caricatures sur l’eau, la mer, la migration
  • L’eau et la mer à l’écran ou dans les artefacts numériques
  • L’avenir de l’eau dans les médias
  • La pénurie d’eau, l’érosion du littoral et les questions environnementales dans les textes et les images
  • La mer comme métaphore épistémologique (naufrage, radeau, vague, ouragan, fontaine, liquidité, archipel, écume)
  • Cartographie scientifique ou imaginaire
  • Autres

 

Le congrès offre une voix tant à des chercheurs chevronnés dans les études Texte et Image qu’à des chercheurs désireux de fourbir leurs armes dans ce domaine, voire à des jeunes chercheurs dont les travaux présentent une dimension texte et image (doctorants/postdocs).

Les propositions de communication seront adressées exclusivement aux présidents de séance respectifs. Voir https://waterandsea2020.uni.lu/fr/programme/, où figurent les 30 sessions retenues qui se répartissent sur 5 journées :

  1. Lundi, 6 juillet – Nature / Environnement / Santé – 
  2. Mardi, 7 juillet – Histoire / Philosophie / Religion – 
  3. Mercredi, 8 juillet & jeudi, 9 juillet – Littérature / Mythes / Culture / Patrimoine – 
  4. Jeudi (après-midi), 9 juillet – Ateliers Jeunes Chercheurs – 
  5. Vendredi, 10 juillet – Migration / Géographie / Tourisme – 

Des conférenciers invités de renom ont déjà confirmé leur venue et un riche programme culturel et artistique agrémente le congrès

P.S. : Tous les participants retenus doivent être membres de l’IAWIS/AIERTI (http://iawis.org/) et s’acquitter de leur cotisation avant le congrès.